PARIS DAKAR 24H

100% infos

Le cas Karim Wade évoqué à l’Internationale Libérale

Le cas Karim Wade évoqué à l’Internationale Libérale

Les tensions à l’interne, avec l’opération «exclusion des frondeurs» Oumar Sarr en tête, n’empêchent pas le Parti Démocratique Sénégalais (PDS) de se consolider et d’étendre ses tentacules à l’international. Il participe actuellement au 203ème du Comité Exécutif de l’Internationale Libérale à Fès au Maroc Fès du 22 au 24 novembre 2019. La formation «bleu jaune» y représente d’ailleurs le Sénégal avec l’Apr. Les délégations du Pds et de l’Apr sont conduites respectivement par Tafsir Thioye, Secrétaire général adjoint, chargé des affaires internationales et porte-parole du Pds et le ministre Oumar Youm. Une occasion pour eux, d’après un communiqué du Pds parvenu à «L’As», de magnifier les retrouvailles entre le Président Abdoulaye Wade et le Président Macky Sall. Les deux délégations sénégalaises ont souhaité également que la plateforme, en l’occurrence le Comité exécutif de l’Internationale libérale, accompagne ces retrouvailles qui constituent un moyen de stabiliser le Sénégal et de lui garantir avenir radieux. «Les dirigeants de l’Internationale Libérale par la voix de la présidente Hakima Maïté ont également approuvé et encouragé ces retrouvailles que l’organisation libérale souhaitait de toutes ses forces», note-on dans le document parvenu à la Rédaction.


Toujours selon le service de communication du Pds, la rencontre a été l’occasion pour l’ancien parti au povoir, à travers son représentant, de poser le débat sur l’avenir de la plateforme, la préservation de son image, de ses valeurs ainsi que de ses principes fondateurs. Ce en s’appuyant sur les évènements qui ont conduit à son boycott du congrès de Dakar. Tafsir Thioye a aussi évoqué les décisions du Comité des Droits de l’Homme des Nations Unies qui demande à l’Etat du Sénégal de réexaminer le procès de Karim Wade et de procéder à la réparation des préjudices subis. Sur ce, le porte-parole du Pds a invoqué le dernier rapport du Comité des Droits de l’Homme qui, soutient-il, dénonçait la non participation du candidat du Pds, Karim Wade à la présidentielle du 24 février 2019, «en violation des traités internationaux en matière judiciaire».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *